Utilisation des données pour la durabilité

Article du vice-président des services d’ingénierie d’Infosys en Asie, Semra Barutchu.

En cette fin d’année 2021, l’un des principaux messages qui sortira de la COP26 est que nous manquons de temps pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré. Il y a une compréhension claire du besoin urgent d’agir, des conséquences de l’inaction et de l’impact qui en résulte sur notre planète.

Partout sur la planète, des pays, des institutions et des organisations se mobilisent et cherchent des moyens de réduire leurs émissions et d’intégrer la durabilité dans tout ce qu’ils font.

Le secteur des entreprises ouvre la voie dans plusieurs domaines et constate que les pratiques de durabilité visibles améliorent la valeur de la marque tout en attirant les talents soucieux de la durabilité. Les groupes d’action des parties prenantes obligent les organisations à mettre en œuvre des pratiques durables et à ajuster leurs portefeuilles d’investissement pour se concentrer sur les énergies renouvelables et d’autres technologies respectueuses de l’environnement.

De même, on reconnaît l’importance de la collecte et de l’analyse des données. Les avancées technologiques ont rendu plus facile et moins coûteuse la collecte de données à l’échelle de l’entreprise. Cela permet aux organisations de référencer les pratiques actuelles et d’identifier et de hiérarchiser les domaines cibles à mesure qu’ils améliorent la durabilité globale de l’organisation.

Bien que les progrès technologiques aient facilité la collecte de données, plusieurs problèmes continuent de limiter la mesure dans laquelle les données sont utilisées au quotidien. En particulier, les organisations trouvent difficile de :

  • identifier les facteurs Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) à mesurer
  • naviguer dans les normes de performance en matière de développement durable en évolution rapide pour les rapports
  • activer la sécurité des données

L’expérience d’Infosys a montré que de tels défis peuvent être relevés en constituant des équipes interfonctionnelles dotées d’un large éventail d’expertises. Par exemple, des ingénieurs, des experts du domaine, des experts en développement durable, des professionnels de l’analyse et des experts en sécurité travaillent conjointement sur le problème à résoudre.

En créant des équipes interfonctionnelles et en établissant des référentiels ESG, l’organisation peut se concentrer sur ses investissements stratégiques. Les données collectées doivent couvrir tout, de l’énergie et des ressources consommées aux gaz à effet de serre émis, permettant ainsi aux entreprises de suivre et de hiérarchiser les investissements dans les programmes ESG. Cela se traduit par une responsabilité vis-à-vis de toutes les parties prenantes quant à l’empreinte environnementale.

Passons en revue certaines initiatives de durabilité axées sur les données :

Global Forest Watch (GFW) est une initiative développée par le World Resources Institute qui utilise des données satellitaires pour surveiller et suivre la perte de couvert forestier. Le projet utilise une combinaison de technologies et de plates-formes satellitaires, sans fil, filaires et IoT pour surveiller les forêts à l’échelle mondiale. La plate-forme en ligne permet à quiconque d’accéder à des informations en temps quasi réel sur où et comment les forêts évoluent dans le monde.

La plate-forme de GFW peut être exploitée pour mesurer la déforestation mondiale, surveiller les activités de défrichement et fournir des informations pour les objectifs politiques, la prise de décision et le journalisme. Cela a notamment été utilisé pour surveiller les brûlages illégaux à l’origine de la brume de 2015 en Asie du Sud-Est.

Pendant ce temps, en 2008, Infosys a fait ses premiers pas dans la collecte et l’analyse de données qui pourraient nous aider à réduire notre empreinte carbone sur plusieurs campus. Cela impliquait de connecter plus de 50 000 actifs sur 36 millions de pieds carrés, y compris l’installation de 30 000 capteurs, 12 000 compteurs d’énergie, 8 000 unités de refroidissement et 2 400 débitmètres. Ces actifs sont surveillés par un centre de commande central, qui collecte et analyse les données en temps réel. En conséquence, nous avons été en mesure d’identifier des initiatives de réduction de carbone qui incluent l’efficacité énergétique, les investissements dans les énergies renouvelables et les compensations carbone. Cela s’est traduit par une réduction de 55 % de la consommation d’électricité par habitant et une réduction de 64 % de la consommation d’eau par habitant sur la base de la référence de 2008.

Quelques exemples de données mesurées par Infosys dans nos bâtiments.

Ces exemples fournissent des exemples concrets de la manière dont les données sont utilisées pour identifier et mettre en œuvre des initiatives de développement durable. Il convient de noter qu’un nombre croissant d’organismes de réglementation imposent des rapports ESG. Cela est visible sur les marchés mondiaux, ce qui nous amène à espérer que nous ne serons peut-être pas trop loin du jour où les rapports de développement durable seront sur un pied d’égalité avec les rapports financiers. Les entreprises ont la possibilité de démontrer leur engagement envers le développement durable et de mettre en œuvre l’examen des rapports ESG lors des réunions du conseil d’administration.

Le parcours de développement durable de chaque entreprise doit commencer par des données fiables. La réalité est que l’utilisation des données pour prendre des décisions relève simplement du bon sens commercial, et il y a peu de temps à perdre si nous voulons limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré.

Découvrez le rapport de développement durable 2020-21 d’Infosys ici.

.