Protéger l’environnement selon la Constitution de l’État ? Un expert de la loi dit “Non !”

Ces dernières années, la rivière Gallatin a connu des proliférations d'algues qui, selon les experts, ont été au-delà de ce qui se passe dans des conditions naturelles normales.  Les facteurs contributifs sont des flux plus faibles et plus chauds causés par le changement climatique ainsi que des niveaux élevés de nitrates et de phosphore dus aux développements humains, comme Big Sky.  Les citoyens préoccupés par la qualité de l'eau dans l'État affirment que les récentes lois adoptées par la législature de l'État et signées par le gouverneur ont affaibli les réglementations visant à minimiser la pollution provenant à la fois du développement humain et des sources agricoles.  Photo publiée avec l'aimable autorisation du Groupe de travail sur la rivière Gallatin

Ces dernières années, la rivière Gallatin a connu des proliférations d’algues qui, selon les experts, ont été au-delà de ce qui se passe dans des conditions naturelles normales. Les facteurs contributifs sont des flux plus faibles et plus chauds causés par le changement climatique ainsi que des niveaux élevés de nitrates et de phosphore dus aux développements humains, comme Big Sky. Les citoyens préoccupés par la qualité de l’eau dans l’État affirment que les récentes lois adoptées par la législature de l’État et signées par le gouverneur ont affaibli les réglementations visant à minimiser la pollution provenant à la fois du développement humain et des sources agricoles. Photo publiée avec l’aimable autorisation du Groupe de travail sur la rivière Gallatin

Op-Ed par James C. Nelson, juge à la retraite de la Cour suprême du Montana

Non seulement il y a un essai du commentateur environnemental et social de longue date du Montana, George Ochenski, dans le Quotidien du Montanan décrit graphiquement comment nous gâchons notre environnement non seulement pour nous-mêmes, mais aussi pour les générations futures. Ochenski cite l’inefficacité des lois adoptées pour protéger notre environnement, notant qu’elles sont truquées par des pollueurs pour obscurcir et affaiblir les normes scientifiques. Quelles lois et règles qui sont adoptées, sont ne pas forcée. Le résultat? Des kilomètres et des hectares d’eaux polluées ; les ressources forestières ont été éclaircies et exploitées au point de ruiner l’habitat et cela au nom discutable de l’arrêt des incendies de forêt.

En bref, nous tuons les environnements et les écosystèmes de notre Terre et menaçons l’existence même des générations présentes et futures. Et nos dirigeants permettent à cette dégradation de se produire. Pire, ils l’encouragent.

Gardez à l’esprit qu’en vertu de l’article III, section 3 de la Constitution du Montana, chaque responsable législatif, exécutif, judiciaire et ministériel de cet État prête serment (c’est-à-dire leur appel à Dieu pour témoigner de la vérité) pour, entre autres, soutenir, protéger et défendre notre Constitution.

Gardez également à l’esprit que les rédacteurs de notre Constitution ont élaboré, et nous, le peuple, adopté, un document qui garantit un certain nombre de droits fondamentaux. En effet, le préambule de notre Constitution commence par une prière de remerciement à Dieu, pour “la grandeur de nos montagnes, l’immensité de nos plaines vallonnées” et de notre désir “d’améliorer la qualité de vie et l’égalité des chances pour cette génération et les générations futures. ”

Le préambule de la Constitution du Montana commence par une prière de remerciement à Dieu, pour “la grandeur de nos montagnes, l’immensité de nos plaines vallonnées” et de notre désir “d’améliorer la qualité de vie et l’égalité des chances pour cette génération et les générations futures”. .”

En matière d’environnement, les principaux de ces droits sont au nombre de deux : l’article II, section 3, garantit à chacun un droit inaliénable à « un environnement propre et sain ». Et pour doubler ce mandat, l’article IX, section 1 exige que l’État et chaque personne maintiennent et protègent cet environnement propre et sain pour les générations présentes et futures et que la législature pourvoie à l’administration et à l’application de ce devoir et fournisse des des remèdes pour la protection du système environnemental de support de la vie contre la dégradation et pour prévenir l’épuisement et la dégradation déraisonnables des ressources naturelles.

Incroyablement clair; aucune exception!

Au cours des 50 années d’existence de notre Constitution, les politiciens et les administrations démocrates et républicains se sont succédé.

Mais tout au long de cette histoire, il y a eu une constante : lorsqu’il s’agit de la protection de nos droits et garanties environnementaux, la législature a complètement échoué dans l’accomplissement de ses devoirs en vertu de l’article IX, section 1. Dans leur échec, les membres de la législature ont souillé leurs serments de l’article II, section 3 – dont Dieu n’est pas moins témoin – de soutenir, protéger et défendre la Constitution du Montana.

Grâce à cela, notre environnement et nos écosystèmes ont été dégradés et épuisés. Les générations présentes n’ont pas maintenu et protégé les dons pour lesquels les auteurs ont exprimé nos remerciements à Dieu. Au contraire, grâce au législateur, nous transmettons aux générations futures des eaux polluées, des habitats forestiers détruits, des écosystèmes et des ressources naturelles appauvris et dégradés.

Très certainement, notre héritage pour les générations futures n’est pas un environnement propre et sain amélioré depuis 50 ans par la science et les méthodes modernes, comme l’exige la Constitution. C’est tout sauf ça !

Les législatures passées et présentes n’ont pas seulement laissé tomber la balle, elles ont truqué le jeu – en toute impunité : Au diable ce «chiffon socialiste» d’une Constitution comme l’appelait Derek Skees de Kalispell. Pleine vitesse!

Pensez-y lors des prochaines élections. Mais ne vous méprenez pas. Nous, les électeurs, sommes complices de cette parodie environnementale. Chacun d’entre nous est également chargé par la Constitution de maintenir et de protéger un environnement propre et sain pour les générations présentes et futures. Chacun de nous, électeurs, a une voix dans l’élection des législateurs qui rempliront leur serment d’office « avec fidélité » et qui promulgueront – puis suivront – des lois et des remèdes pour la « protection du système de maintien de la vie environnementale contre la dégradation » et « pour empêcher épuisement et dégradation déraisonnables des ressources naturelles.

Au moment des élections, pensez à l’environnement avec lequel nous, les électeurs et nos législateurs, avons imposé aux générations futures. En effet, pensez à l’environnement pour lequel nous avons remercié Dieu, puis nous nous sommes retournés et saccagés.

.