L’OPEP+ signale qu’elle s’en tiendra au plan malgré l’invasion de l’Ukraine

Un cric de pompe à huile imprimé en 3D est visible devant le logo de l’OPEP affiché sur cette image d’illustration, le 14 avril 2020. REUTERS/Dado Ruvic

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

LONDRES, 1er mars (Reuters) – L’Arabie saoudite a réaffirmé mardi son engagement en faveur d’un accord OPEP+ avec la Russie sur les marchés pétroliers malgré l’élargissement des sanctions contre Moscou et l’indignation mondiale suscitée par son assaut militaire contre l’Ukraine.

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés dirigés par la Russie – un groupe connu sous le nom d’OPEP+ – ont annulé les réductions de production historiques qu’ils ont instaurées en 2020 après que la pandémie a provoqué une chute sans précédent de la demande mondiale.

Ensuite, l’ancien président américain Donald Trump est intervenu pour encourager Riyad et Moscou à mettre fin à une guerre des prix et à travailler ensemble pour consolider le marché pétrolier.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Les prix du pétrole ont atteint leur plus haut niveau en plus de sept ans cette semaine en raison d’un approvisionnement serré et de perturbations des exportations de brut de la Russie causées par des sanctions de grande envergure contre Moscou.

Les membres de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), qui se sont réunis mardi pour discuter de la crise ukrainienne, ont convenu de libérer 60 millions de barils de pétrole des réserves stratégiques. Lire la suite

Les États-Unis aimeraient voir l’OPEP+ augmenter sa production plus rapidement qu’elle ne le fait depuis août.

Seuls quelques pays disposent de capacités inutilisées, notamment l’Arabie saoudite, leader de facto de l’OPEP, et les Émirats arabes unis (EAU), son voisin du Golfe.

Jusqu’à présent, Riyad a résisté aux appels des États-Unis à augmenter la production plus rapidement que prévu dans le cadre de l’accord OPEP+.

Lors de sa dernière réunion le 2 février, l’OPEP+ a accepté d’augmenter la production de 400 000 barils par jour (bpj) pour mars, lui laissant 2,6 millions de bpj supplémentaires de réductions à dénouer d’ici la fin septembre.

Le cabinet saoudien a réaffirmé mardi son engagement envers l’accord OPEP+, qui prévoit des augmentations mensuelles de 400 000 bpj, a annoncé l’agence de presse saoudienne. Lire la suite.

Le président russe Vladimir Poutine s’est entretenu mardi avec le prince héritier d’Abu Dhabi, le cheikh Mohammed bin Zayed al-Nahyan, au cours duquel ils ont discuté de l’accord OPEP+ et se sont engagés à poursuivre la coordination sur les marchés mondiaux de l’énergie, ont rapporté les agences de presse russes et émiraties. Lire la suite

Quatre sources de l’OPEP + ont déclaré mardi à Reuters que le groupe accepterait probablement une autre augmentation de 400 000 bpj pour avril lors de sa réunion mercredi malgré les événements en Ukraine.

Les sources ont déclaré que l’invasion de l’Ukraine par la Russie – qu’elle appelle une “opération spéciale” – n’avait eu jusqu’à présent aucun impact sur le fonctionnement de l’accord d’approvisionnement.

Les Émirats arabes unis, un proche allié des États-Unis au Moyen-Orient, se sont abstenus lors du vote du 25 février sur un projet de résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies déplorant les actions de Moscou. Lire la suite

Un conseiller diplomatique du président des Émirats arabes unis a déclaré qu’il s’agissait d’encourager une solution politique et que prendre parti ne ferait qu’encourager la violence.

Une réunion du comité technique de l’alliance OPEP+ s’est réunie mardi pour évaluer les derniers fondamentaux.

Un rapport préparé pour le comité et vu par Reuters a montré que l’OPEP + avait révisé à la baisse ses prévisions d’excédent du marché pétrolier pour cette année d’environ 200 000 bpj à 1,1 million de bpj dans son scénario de base. Lire la suite

Le rapport n’a pas évalué l’impact sur le marché d’importantes perturbations potentielles de l’approvisionnement en pétrole russe dues aux sanctions.

Les États-Unis sont un allié clé de l’Arabie saoudite, mais le président américain Joe Biden a secoué les relations l’année dernière en autorisant la publication d’un rapport non classifié du renseignement américain sur le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi en 2018.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage supplémentaire de Maha El Dahan à Dubaï Montage par Louise Heavens et Mark Potter

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

.