Les majors du pétrole et du gaz quittent la Russie

Siège social de Rosneft à Moscou, en Russie.

Siège social de Rosneft à Moscou, en Russie.
photo: Mikhaïl Metzel (PA)

C’est une course à la porte pour les sociétés pétrolières et gazières opérant en Russie. Au cours des dernières 24 heures, trois grandes compagnies pétrolières internationales – BP, Equinor et Shell – ont annoncé publiquement qu’elles sortiraient de la Russie l’industrie pétrolière en réponse à la guerre de la Russie contre l’Ukraine.

Dans ce qui est peut-être la décision la plus importante, le géant pétrolier BP dit dimanche qu’il couperait ses liens avec Rosneft, la compagnie pétrolière et gazière nationale russe. BP détient une participation de près de 20% dans la société, d’une valeur de 14 milliards de dollars, depuis 2013, ce qui en fait l’un des principaux actionnaires. PDG de BP (et grand LinkedIn commentateur) Bernard Looney et l’ancien PDG Robert Dudley quitteront également le conseil d’administration de Rosneft. (Looney, au fait, traîné avec Poutine en octobreoù il faisait partie d’un panel avec le président russe qu’il a qualifié plus tard de “privilège”.)

La compagnie pétrolière opère en Russie depuis près de 30 ans, et Rosneft est assez influent. Rosneft comprend environ un tiers des actifs pétroliers et gaziers de BP et la moitié de la production pétrolière et gazière de l’entreprise. Tout ce combustible fossile s’additionne : BP subira un coup dur d’environ 25 milliards de dollars grâce à son choix de se désinvestir. (La société n’a pas précisé comment elle prévoyait de financer cette transition.)

Incroyablement, malgré la quantité massive de combustibles fossiles sous le contrôle de BP en Russie, la suppression de Rosneft n’aura en fait aucun impact sur ses objectifs de zéro net. BP objectif net zéro agressifmis en 2020 qui a recueilli une large presse, a eu un énorme échappatoire en ce sens qu’il n’incluait pas les émissions de Rosneft, qui n’avait fixé aucun objectif de zéro net.

“J’ai été profondément choqué et attristé par l’évolution de la situation en Ukraine et mon cœur va à toutes les personnes touchées”, a déclaré Looney. mentionné dans un rapport. “Cela nous a amenés à repenser fondamentalement la position de bp avec Rosneft.” (Dans un communiqué séparé, Rosneft a déclaré que la sortie de BP était due à “une pression politique sans précédent”.)

Suivant les traces de BP, la société énergétique nationale norvégienne Equinor dit dimanche il couperait également tous ses liens avec Rosneft. Equinor a une participation beaucoup plus petite en Russie que BP, mais les chiffres ne sont pas à négliger : Ta société détient quelque 1,2 milliard de dollars d’investissements avec Rosneft et elle produit l’équivalent d’environ 25 000 barils de pétrole par jour en Russie. Lundi, Shell s’est joint à la fête en l’annonçant voudrais couper les liens avec divers projets en Russie qui s’élèvent à environ 3 milliards de dollars d’actifs.

Compte tenu de l’influence démesurée de la Russie sur la scène internationale du pétrole et du gaz et de l’accent mis récemment sur la décision de l’Allemagne de bloquer le gazoduc Nord Stream 2, l’action basée sur les sanctions contre l’industrie des combustibles fossiles du pays a jusqu’à présent été tiède. Lundi, l’administration Biden n’a imposé aucune sanction contre les grands acteurs de l’espace énergétique russe. L’American Petroleum Institute, le bras de pression de l’industrie pétrolière et gazière, a quant à lui été presque effronté dans la façon dont il voit la guerre profiter à l’industrie pétrolière et gazière américaine. dans fil de tweet Publié quelques heures seulement avant que la Russie n’entre officiellement en guerre, l’API a publié une série de graphiques avec certaines de ses principales demandes politiques, y compris la délivrance de permis de forage sur les terres fédérales et la réduction des réglementations, comme solutions au «leadership énergétique américain». Mais l’organisation a aussi a fait pression sur l’administration Biden pour s’assurer que les sanctions sont « ciblées », pour épargner les organisations pétrolières et gazières à l’étranger qui ont des investissements en Russie.

Et ils ont raison de s’inquiéter pour leurs sales membres :Oes majors pétrolières entretiennent toujours des liens étroits avec la Russie. Bien que son implication ne soit pas aussi étendue que celle de BP, ExxonMobil a des liens en Russie d’un montant environ 4 milliards de dollars dans les actifs russes. D’autres grandes entreprises internationales comme Total, Engie, et Eni ont également des investissements dans la région. Nous verrons s’ils décident de trouver une issue ou de s’accrocher.

.