L’Asie-Pacifique prend du retard sur ses objectifs de développement durable

L’Asie-Pacifique n’est sur la bonne voie pour atteindre aucun de ses objectifs de durabilité d’ici 2030 et la pandémie de Covid a freiné les progrès dans de nombreux domaines, a déclaré un représentant des Nations Unies.

“Le temps presse. En ce moment, au rythme actuel, sans élever les ambitions, sans accélération, cette région n’est pas prête à atteindre l’un des objectifs de développement durable d’ici 2030”, a déclaré Kaveh Zahedi, secrétaire exécutif adjoint de l’ONU. Commission sociale pour l’Asie et le Pacifique (ESCAP), a déclaré jeudi à “Squawk Box Asia” de CNBC.

Établis en 2015, les objectifs de développement durable des Nations Unies visent à faire progresser un certain nombre de questions d’ici 2030, notamment la réduction des inégalités, la lutte contre le changement climatique ainsi que l’amélioration de la santé et de l’éducation.

Bien que Zahedi ait déclaré qu’il y avait des “points lumineux” de progrès décents sur certains objectifs tels que la fourniture d’une énergie abordable et verte, il a déclaré que le changement était dans l’ensemble “tout simplement trop lent”.

Il a déclaré que la région avait connu un “retour en arrière” dans certains domaines et “régressait” en matière d’action climatique, de consommation et de production durables.

En savoir plus sur l’énergie propre de CNBC Pro

Zahedi a déclaré que la régression est particulièrement inquiétante étant donné que l’Asie-Pacifique est particulièrement vulnérable au changement climatique. Il a attribué le ralentissement à la pandémie, qui, selon lui, fera reculer les objectifs de durabilité pendant 30 ou 40 ans.

Groupes vulnérables

Alors que la pandémie a révélé et accentué de nombreuses inégalités, Zahedi a déclaré que ces écarts ont persisté pendant la reprise.

Il a déclaré que le rebond a été “en forme de K”, ce qui signifie que certains pays et groupes “s’en sortent bien”, tandis que d’autres “ne vont pas bien du tout”.

Les groupes vulnérables ont fait les frais de la pandémie, qui, selon lui, a entraîné une recrudescence de la violence sexiste ; les personnes handicapées voyant leurs réseaux de soutien « s’évaporer » ; et les pertes d’emplois parmi les migrants et ceux qui travaillent dans le “secteur informel” – la partie de l’économie qui comprend les travailleurs à la demande, les vendeurs de rue et d’autres petits boulots.

Zahedi a déclaré que les enfants sont un autre groupe démographique vulnérable, avec plus de 30 millions dans la région souffrant de « dépérissement », une forme de malnutrition. Selon le rapport sur les objectifs de développement durable 2021, la pandémie devrait aggraver toutes les formes de malnutrition, en particulier chez les enfants, en raison, entre autres, d’une perte de revenus des ménages et de perturbations des services de nutrition essentiels.

Des enfants ont également été retirés de l’école, une situation qui « perpétue souvent les inégalités d’une génération à l’autre », a-t-il ajouté.

appel à l’action

Zahedi a fait valoir que les objectifs de durabilité fournissent « une feuille de route pour sortir de la pandémie de Covid », exhortant les gouvernements et les entreprises à intensifier.

Pourtant, j’ai reconnu des taux de progrès variables dans la région. Par exemple, alors que l’Asie de l’Est et du Nord-Est sont sur la bonne voie pour atteindre l’objectif de “pas de pauvreté”, d’autres sous-régions sont à la traîne.

Dans un rapport publié jeudi, la CESAP a souligné la nécessité d’une collaboration et de partenariats régionaux pour combler ces lacunes en Asie-Pacifique.

.