La guerre de Biden contre le pétrole frappe les consommateurs

Une plate-forme de forage près de Karnes City, Texas, le 31 octobre 2021.


Photos:

tann maury/Shutterstock

Les prix de l’essence sont plus élevés que jamais. Le gouvernement a fait état d’un taux d’inflation d’une année sur l’autre de 7,9 % pour février, le plus élevé depuis 1982. Les Américains ont besoin d’aide, et une chose s’y oppose : la réticence du président Biden à revenir sur l’engagement de son administration à mettre le pétrole américain et de l’industrie du gaz à la faillite aux dépens du consommateur.

Dans l’année qui s’est écoulée depuis que l’administration a gelé les nouveaux baux de forage sur 26 % des terres fédérales et plus d’un tiers des ressources nationales en termes de productivité, les États-Unis ont encore perdu leur indépendance énergétique, mettant la sécurité nationale en danger. Il n’y a aucune bonne raison pour que l’Amérique devienne plus dépendante des importations d’énergie. Elle contraint nos choix politiques, nous oblige à céder notre sécurité nationale à des acteurs étrangers et enrichit ceux qui nous feraient du mal. Cette administration travaille avec les Saoudiens, le Venezuela et même l’Iran pour venir à la rescousse. Pourquoi?

Les États-Unis ont besoin de pétrole et de gaz naturel produits localement. En 2019, les États-Unis sont devenus indépendants de l’énergie, un exportateur net. Les prix du gaz et de l’électricité étaient bas et les États-Unis étaient le plus grand producteur d’énergie de la planète. Grâce au gaz naturel à combustion propre, abondant et abordable, que nous a apporté le forage horizontal, la réduction des émissions de gaz à effet de serre a été la plus réussie du monde industrialisé.

La vie moderne repose sur une énergie bon marché, abondante et fiable. Cette administration a fabriqué la rareté et imposé l’insécurité dans le monde entier. Les prix de l’énergie augmentent partout, et libérer quelques jours d’approvisionnement de nos réserves stratégiques est un correctif temporaire. La plus grande réserve stratégique du monde est sous nos pieds.

La solution réside dans trois actions simples : premièrement, officialisez la politique américaine de restauration de l’indépendance énergétique en utilisant toutes les sources d’énergie disponibles. Annoncer l’intention d’accroître l’offre de pétrole et de gaz aux États-Unis. Cela donne aux producteurs la certitude d’apporter de nouveaux capitaux et approvisionnements sur le marché, répondant à la demande mondiale actuelle.

Deuxièmement, ouvrir les terres fédérales au développement énergétique. Les 9 000 permis que la Maison Blanche ne cesse de vanter sont au mieux trompeurs. Des milliers de ces sites ne peuvent pas être développés car ils sont bloqués par des litiges. D’autres ont besoin de nouveaux permis et baux pour faire une unité complète. Des milliers d’autres attendent l’approbation. De manière conservatrice, nos données nous indiquent que le nombre de permis disponibles prêts pour la production se rapproche aujourd’hui de 1 500, et beaucoup d’entre eux sont déjà en train de forer. Aucun bail n’a été délivré pour les terres fédérales depuis 2020.

Troisièmement, soutenir les infrastructures énergétiques, y compris les pipelines pour transporter le gaz naturel, le pétrole et le CO2 en toute sécurité. Des projets comme le pipeline Mountain Valley augmenteraient la disponibilité de l’énergie et amélioreraient notre capacité d’exporter vers nos alliés.

La semaine dernière, nous avons entendu pour la première fois que la secrétaire à l’Énergie, Jennifer Granholm, est prête à travailler avec “tous ceux et celles qui souhaitent prendre les devants dans l’avenir en diversifiant leurs portefeuilles énergétiques pour ajouter des carburants et des technologies propres”. C’est exactement ce que l’industrie pétrolière et gazière américaine a fait. Mon message à l’administration est le suivant : les gens du pétrole et du gaz américains sont prêts à travailler avec vous sur le développement énergétique américain.

M. Hamm est président du Hamm Institute for American Energy, de la Domestic Energy Producers Alliance et du Council for a Secure America. Il est fondateur et président de Continental Resources.

Rapport éditorial du Journal : Biden s’opposera-t-il au lobby vert de son parti ? Images : Spoutnik/Reuters/Getty Images Composite : Mark Kelly

Copyright ©2022 Dow Jones & Company, Inc. Tous droits réservés. 87990cbe856818d5eddac44c7b1cdeb8

.