La durabilité dans l’industrie de la viande : un thème majeur à l’IFFA 2022

CONTENU SPONSORISE :

La durabilité est un catalyseur de changement et d’innovation dans l’industrie de la viande. L’industrie réagit avec des innovations technologiques, mais aussi avec des engagements d’entreprise fondamentaux en faveur de solutions durables.

Du 14 au 19 mai 2022, l’IFFA, le principal salon international de la technologie de la viande et des protéines alternatives, ouvrira ses portes à Francfort-sur-le-Main. Des entreprises de renommée internationale présenteront leurs dernières technologies et fourniront des informations sur les tendances et les développements les plus importants dans l’industrie de la transformation de la viande et des protéines.

La discussion sur la production durable dans l’industrie de la transformation de la viande porte essentiellement sur les questions de protection de l’environnement, de santé et de bien-être animal. Dans le cadre de la protection du climat, les émissions élevées de dioxyde de carbone (CO2), la consommation d’eau tout aussi élevée et les déchets d’emballage produits, qui se composent principalement d’emballages en plastique, font l’objet de critiques.

L’influence de la consommation de viande sur l’effet de serre est incontestable. Rien qu’en Allemagne, 42,7 millions de tonnes de CO2 par an sont imputables à la consommation de viande, en plus de la consommation d’eau de 60 000 milliards de litres. L’empreinte eau moyenne par calorie est particulièrement élevée pour la viande bovine, environ vingt fois plus élevée que pour les céréales. On estime que le passage à un régime pauvre en viande pourrait entraîner des économies d’eau de 11 à 35 %.

De plus en plus de consommateurs s’interrogent sur leur comportement alimentaire. Environ un tiers des Européens achètent et mangent moins de viande, et 16 % tiennent compte de l’empreinte carbone de leur alimentation lors de leurs achats et adaptent leurs achats en conséquence. Les substituts de viande connaissent un véritable boom. L’IFFA 2022 reprend cette tendance et s’ouvrira aux sources alternatives de protéines. En plus de son accent sur la viande, le salon présentera pour la première fois des technologies de transformation et des ingrédients pour les protéines végétales.

Nouvelles tendances dans les machines : gestion des ressources et de l’énergie

L’industrie de la transformation de la viande est un secteur à forte intensité énergétique. Le chauffage et le refroidissement des aliments nécessitent de grandes quantités d’énergie. Le froid est nécessaire pour refroidir la viande afin d’assurer la sécurité alimentaire, la chaleur est nécessaire pour la cuisson, la cuisson à la vapeur, le mijotage, la stérilisation et le nettoyage. De plus, il y a une consommation d’eau pour le nettoyage et la désinfection des installations de fabrication.

Les solutions de réfrigération et de pompe à chaleur économes en énergie peuvent améliorer jusqu’à 70 % l’efficacité énergétique du chauffage et du refroidissement. La chaleur résiduelle, qui serait autrement gaspillée, est réutilisée et détournée vers d’autres processus tels que le chauffage de l’eau et de la saumure, le séchage, la cuisson, le blanchiment, le marinage, la pasteurisation, la stérilisation, la déshydratation et le nettoyage.

Des économies peuvent également être réalisées grâce à la technologie d’entraînement moderne, comme les servomoteurs. Les variateurs économes en énergie à régulation de fréquence permettent d’économiser jusqu’à 25 % d’énergie et les pics de courant d’enclenchement ou de commutation sont réduits.

Les machines dotées de composants durables et d’une conception hygiénique moderne, telles que les bords soudés et arrondis et les couvercles affleurants encastrés, constituent une autre étape vers la durabilité.

Tendances packaging : bien plus qu’une couverture

En matière d’emballage, de nombreux consommateurs ne se tournent plus directement vers les rayons, mais prêtent plutôt attention aux solutions durables et respectueuses de l’environnement. Par conséquent, les emballages sans plastique et à faible teneur en plastique constituent une tendance durable dans la technologie de l’emballage.

Cependant, la durabilité va souvent à l’encontre de la protection des aliments. En effet, les composites de papier ou le contenu recyclé permettent à plus d’oxygène de pénétrer, ce qui peut nuire à la qualité du produit. On peut y remédier par des absorbeurs d’oxygène, par exemple à base de polymères, qui lient l’oxygène résiduel dans l’emballage et l’oxygène pénétrant, et dont la couche fonctionnelle est intégrée dans la structure multicouche.

La recherche se concentre également sur les matières premières renouvelables. Plastiques à base d’algues, films transparents à base de chanvre ou carton à base d’herbe : les emballages biosourcés offrent une alternative au plastique issu de matières premières fossiles.

Une autre tendance est l’emballage intelligent qui prend activement soin du produit carné, le protège et a ainsi un effet durable. Il maintient les températures stables, absorbe les gaz de maturation indésirables et prévient l’infestation par les germes. Ainsi, non seulement les technologies et processus à faibles émissions, mais aussi les emballages économes en matériaux, recyclables et intelligents contribueront à une production climatiquement neutre.

https://iffa.messefrankfurt.com/frankfurt/en/
info@uk.messefrankfurt.com
01483 483 984

Articles précédents / suivants…

Le NPA appelle les détaillants à sauver l’approvisionnement en porc britannique