Hyundai va permettre à ses batteries EV de faire “Vehicle to Everything”

Hyundai prévoit d’étendre les capacités de charge bidirectionnelle de ses véhicules électriques à batterie (BEV), afin qu’ils puissent jouer un rôle essentiel dans le cadre du réseau électrique, ainsi que pour alimenter les appareils.

Actuellement, l’Ioniq 5 du constructeur automobile sud-coréen est capable de ce qu’on appelle le “véhicule à charger”, autrement connu sous le nom de V2L, qui permet aux conducteurs de tirer une charge de la batterie de la voiture. Par exemple, pour faire bouillir une bouilloire en camping ou pour recharger l’ordinateur portable lorsque vous utilisez la voiture comme “bureau mobile”.

Avec une batterie capable de stocker suffisamment d’énergie pour alimenter une maison pendant 4 jours sous le sol, l’utilisation de ce type de technologie transformationnelle transforme les voitures de produits purement de transport en une sorte de stockage d’énergie mobile.

Hyundai prévoit maintenant de rejoindre des entreprises comme Nissan en étendant sa technologie pour inclure le véhicule au réseau. Nissan a depuis longtemps la technologie V2G dans sa feuille et a utilisé dans le passé des applications d’urgence fournissant de l’énergie aux efforts de récupération, par exemple après la catastrophe de Fukushima.

En plus d’utiliser le V2G pour les interventions d’urgence, cette technologie permet de transférer l’énergie stockée dans les packs de batteries BEV vers un réseau électrique, communément appelé « réseau ».

L’énergie stockée dans les BEV aide non seulement à stabiliser le réseau, mais elle alimente également le système pour aider à gérer la demande d’énergie pendant les périodes de pointe et les urgences.

Hyundai affirme avoir testé un certain nombre d’Ioniq 5 modifiés avec la technologie V2G – qui nécessite une interface et un système d’onduleur différents de V2L – dans deux projets “V2X” (véhicule à tout) aux Pays-Bas et en Allemagne.

Pour prendre en charge le V2G, les BEV doivent disposer du matériel nécessaire, tel qu’un chargeur embarqué bidirectionnel qui permet à l’énergie de circuler vers et depuis la batterie, ainsi que d’un logiciel pour gérer la décharge.

Étant donné que seule une petite partie de la capacité de la batterie est nécessaire pour la conduite, l’énergie restante peut être réinjectée dans le réseau et utilisée par les sociétés de distribution d’énergie locales.

Aux Pays-Bas, Hyundai teste sa technologie V2G avec We Drive Solar, une société de mobilité néerlandaise, à Utrecht.

Dans le cadre d’un projet visant à faire de la cité médiévale la “première ville bidirectionnelle du monde”, We Drive Solar déploie une flotte de 25 voitures Ioniq 5 en autopartage pour les habitants des nouvelles cités.

Un deuxième essai en Allemagne examine comment les véhicules électriques peuvent être utilisés dans des applications « véhicule à domicile » (V2H).

Cradle Berlin, la société d’entreprise et d’innovation ouverte de Hyundai, dirige le projet pilote V2H dans lequel une flotte Ioniq 5 spécialisée est utilisée dans un système énergétique domestique fermé, pour évaluer le potentiel d’échange d’énergie entre la voiture et la maison.