Hyundai et Toyota appellent à modifier la réglementation hybride du WRC

Les deux constructeurs ont été contraints de retirer les voitures impliquées dans la bataille pour la victoire au Rallye de Suède le week-end dernier après avoir subi des pannes avec l’unité hybride de contrôle.

En vertu de la réglementation actuelle de la FIA concernant le nouveau composant hybride, les pilotes et les équipes ne peuvent pas continuer si des voyants d’avertissement apparaissent ou s’il y a une absence de voyants actifs sur une unité hybride, même si la voiture peut toujours fonctionner avec son moteur à combustion interne.

Dans cette situation, les voitures Rally1 sont effectivement mises en quarantaine avec des équipes incapables de les toucher par mesure de sécurité jusqu’à ce que le feu vert soit donné par les fournisseurs d’unités hybrides Compact Dynamics et la FIA.

Ott Tanak de Hyundai et Elfyn Evans de Toyota ont été les premiers pilotes à enfreindre les règles.

Une lumière rouge est apparue sur l’unité hybride de Tanak alors qu’il était deuxième à seulement 1,1 seconde du leader du rallye Evans lors de l’étape 5, laissant l’Estonien en colère d’avoir dû abandonner alors que sa voiture était toujours en mesure de rouler. Le champion du monde 2019 qualifiera plus tard la situation de “quelque chose qui ne devrait jamais arriver dans le sport”.

Evans a subi un sort similaire bien que dans son cas, aucune lumière active n’ait été affichée sur son système après avoir réparé sa GR Yaris endommagée suite à un accident lors de l’étape 16 de dimanche.

Le directeur adjoint de l’équipe Hyundai, Julien Moncet, estime que la réglementation devrait être modifiée pour éviter que cette situation ne se reproduise à l’avenir.

“Tout d’abord, Ott est très frustré et nous aussi, car il était dans le rythme”, a déclaré Moncet à Autosport/Motorsport.com.

“Nous savons à quel point il peut être rapide en Suède, c’est décevant. Je pense que nous sommes sur la même page avec les autres constructeurs et avec la FIA que nous devons repenser certaines réglementations sportives pour éviter à nouveau cette situation.

« Travaillons tous ensemble. Nous avons déjà eu une réunion ce week-end et faisons en sorte de mettre à jour les règles pour essayer d’éviter que cela ne se reproduise.

“Ce n’est jamais facile car il faut penser à tout ce qui peut arriver mais nous apprenons. Nous devons éviter cela.

Elfyn Evans, Scott Martin, Toyota Gazoo Racing WRT Toyota GR Yaris Rally1

Elfyn Evans, Scott Martin, Toyota Gazoo Racing WRT Toyota GR Yaris Rally1

Photo par: Toyota Racing

Le patron de Toyota WRC, Jari-Matti Latvala, comprend que des problèmes de démarrage avec les nouvelles technologies peuvent survenir et est conscient des aspects de sécurité, mais convient que les problèmes hybrides ne devraient pas forcer les équipes à retirer leurs voitures.

Evans n’était pas le seul Toyota à souffrir de problèmes hybrides puisque le vainqueur du rallye Kalle Rovanpera n’utilisait pas son unité hybride, mais le système affichait les bons feux pour permettre au Finlandais de continuer.

“Je peux voir que nous avons trop de problèmes avec eux [the hybrid units] pour le moment », a déclaré Latvala à Autosport/Motorsport.com.

« Ils doivent être stables et ils ne devraient pas être la raison pour laquelle un constructeur s’arrête en rallye, donc je pense qu’il y a de la place pour des améliorations. Nous espérons que la FIA réagira davantage à ce sujet.

“Je pense que quelque chose comme ça [a regulation update] nous devons considérer parce que c’est la chose, nous comprenons qu’en sport automobile, vous aurez des problèmes et des problèmes techniques, mais fondamentalement parce que ce sont les unités hybrides, nous ne pouvons rien faire nous-mêmes car ils viennent de l’extérieur.

« Ils ne doivent pas nous empêcher de continuer la course. Nous avons vu Kalle gagner le rallye et il n’avait pas d’hybride aujourd’hui et Elfyn n’en avait pas ce matin, nous devrions être dans une situation où ils ne nous ont pas arrêtés. Je pense qu’on pourrait faire quelques mises à jour sur la réglementation sportive.

“La première priorité est la sécurité, mais je pense que nous pouvons chercher à nous améliorer, à maintenir la sécurité [elements]mais faites tourner les voitures.

Lire aussi :