Des tas de piles usagées menacent la santé et l’environnement de Gaza

Dans une décharge du sud de Gaza, des monticules de piles usagées se sont accumulées, des cellules rouillées qui posent un risque sanitaire croissant pour les Palestiniens de l’enclave.

Les batteries sont une source d’énergie essentielle à Gaza, où l’approvisionnement public en électricité est rare et où l’infrastructure s’est dégradée depuis le début du blocus israélo-égyptien de l’enclave en 2007, l’année où le islamique Le groupe terroriste Hamas a pris le contrôle. Israël affirme que le blocus est en place pour empêcher le Hamas de s’armer.

“Les piles s’accumulent depuis 15 ans”, a déclaré Ibrahim Baraka, qui travaille à la décharge de 2 000 mètres carrés (un demi-acre) à Khan Yunis, où les habitants des maisons environnantes peuvent jeter un coup d’œil pour voir des tas de plomb et de mercure. déchets qui s’accumulent quotidiennement.

Gaza, qui abrite 2,3 millions de Palestiniens, n’a qu’une seule centrale électrique qui fonctionne au diesel. Les livraisons de carburant ne sont pas fiables, en grande partie à cause du blocus. L’usine a également été bombardée par des avions de chasse israéliens lors d’un conflit avec le Hamas en 2006.

Mohamed Masleh, directeur des ressources au ministère de l’Environnement de Gaza, a estimé qu’il y a 25 000 tonnes de piles usagées à Gaza qui doivent être recyclées.

La plupart se trouvent sur des sites non adaptés au stockage de matières dangereuses.

Une farce dangereuse

La collecte des piles est également une source de revenus pour le territoire appauvri, où le taux de chômage oscille autour de 50 %.

Un Palestinien ramasse des piles usagées sur une charrette tirée par un âne pour les revendre pour les recycler à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 14 février 2022. (SAID KHATIB / AFP)

Par une matinée fraîche, Zakaria Abu Sultan a parcouru les rues de la ville de Gaza avec sa charrette tirée par des chevaux, criant sa mission à travers un haut-parleur.

« Quelqu’un a des batteries endommagées à vendre ? » J’ai appelé.

« J’erre depuis l’aube pour acheter des piles endommagées. Je les achète au mieux pour 50 shekels (15 dollars) et je les revends au ferrailleur pour 70 shekels », a-t-il déclaré à l’AFP.

En règle générale, les cellules endommagées sont acheminées vers des décharges, comme celle de Khan Yunis où travaille Baraka, qui les démantèle pour des matériaux comme le plastique qui sont ensuite vendus à des usines.

Ahmed Hillis, directeur de l’Institut national pour l’environnement et le développement de Gaza, a déclaré que même s’il comprenait qu’il y avait un profit dans les piles jetées, le commerce était extrêmement dangereux.

“Des tonnes de batteries s’accumulent dans des décharges, dont certaines font plus de 40 et 50 mètres de haut”, a-t-il déclaré.

“Des piles se trouvent parmi les gens et sur des charrettes à animaux, des enfants les transportent”, a-t-il déclaré à l’AFP.

«Parfois, nous trouvons un père et son fils essayant de les ouvrir avec un tournevis. C’est une farce et un chaos », a-t-il ajouté.

Israël jouait un rôle dans la gestion des matières toxiques de Gaza, mais cela s’est arrêté avec la prise de contrôle du Hamas en 2007.

Le Hamas est considéré comme une organisation terroriste par une grande partie de l’Occident, et il n’a aucun contact direct avec Israël.

Un Palestinien récupère des piles usagées pour les revendre pour les recycler, dans une casse à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 14 février 2022. (SAID KHATIB / AFP)

Le mois dernier, l’organisme du ministère israélien de la Défense responsable des affaires civiles dans les territoires palestiniens (COGAT) a déclaré qu’une deuxième déchiqueteuse de fer était devenue opérationnelle au point de passage de Kerem Shalom entre Israël et Gaza.

La capacité de broyage améliorée “produira une augmentation significative des exportations de ferraille de la bande de Gaza”, a déclaré le COGAT.

Baraka a déclaré qu’il avait suscité l’espoir d’une solution au gaspillage de batteries, la plupart convenant que la situation actuelle n’est pas durable.

Hillis, quant à lui, a exhorté le Hamas à établir des règles claires sur la manipulation des substances toxiques.

Il a déclaré que les déchets de batteries étaient désormais gérés par des personnes “qui ne respectent aucune règle et n’ont aucune expérience dans la collecte de matières dangereuses”.

Appréciez-vous le Times of Israel ?

Si oui, nous avons une demande.

Chaque jour, nos journalistes ont pour objectif de vous tenir au courant des développements les plus importants qui méritent votre attention. Des millions de personnes comptent sur ToI pour une couverture rapide, équitable et gratuite d’Israël et du monde juif.

Nous nous soucions d’Israël – et nous savons que vous aussi. Alors aujourd’hui, nous avons une question : montrez votre appréciation pour notre travail en rejoindre la communauté du Times of Israelun groupe exclusif pour les lecteurs comme vous qui apprécient et soutiennent financièrement notre travail.

Oui, je donnerai Oui, je donnerai Déjà membre ? Connectez-vous pour ne plus voir ceci

Vous êtes un lecteur dévoué

C’est pourquoi nous avons lancé le Times of Israel il y a dix ans – pour fournir aux lecteurs avertis comme vous une couverture incontournable d’Israël et du monde juif.

Alors maintenant, nous avons une demande. Contrairement à d’autres médias, nous n’avons pas mis en place de paywall. Mais comme le journalisme que nous faisons est coûteux, nous invitons les lecteurs pour qui le Times of Israel est devenu important à soutenir notre travail en rejoignant La communauté du Times of Israel.

Pour seulement 6 $ par mois, vous pouvez aider à soutenir notre journalisme de qualité tout en profitant du Times of Israel SANS PUBLICITÉainsi que l’accès Contenu exclusif Disponible uniquement pour les membres de la communauté Times of Israel.

Merci,
David Horovitz, rédacteur en chef fondateur du Times of Israel

Rejoignez notre communauté Rejoignez notre communauté Déjà membre ? Connectez-vous pour ne plus voir ceci