Attentes élevées, bénéfices incertains : l’industrie

Impact attendu de l'industrie 4.0 sur la durabilité environnementale

image : Impact attendu de l’industrie 4.0 sur la durabilité environnementale
voir Suite

Crédit : IASS/Grischa Beier

Les représentants des entreprises s’attendent à ce que la numérisation améliore la durabilité environnementale de leurs entreprises. Cependant, l’expérience actuelle brosse un tableau moins positif : les nouvelles technologies n’ont jusqu’à présent pratiquement pas réussi à apporter les améliorations escomptées en matière d’efficacité des ressources. Selon les chercheurs à l’origine d’une nouvelle étude, un soutien politique accru est nécessaire pour exploiter le potentiel de l’industrie 4.0.

La production industrielle doit être fondamentalement transformée si l’on veut atteindre les objectifs de développement durable des Nations Unies. Deux objectifs principaux sont au premier plan de cette transformation : la décarbonisation et la dématérialisation. La décarbonation vise à réduire les émissions nocives pour le climat, et notamment le CO2.. La dématérialisation vise à produire des biens et des services avec un minimum d’apports matériels. Une équipe internationale dirigée par Grischa Beier, responsable du groupe de recherche IASS, a étudié le potentiel de l’industrie 4.0 pour soutenir ces deux objectifs dans un sondage en ligne parmi les représentants d’entreprises en Chine, au Brésil et en Allemagne. L’équipe a interrogé des représentants de divers secteurs industriels et d’entreprises de différentes tailles.

L’expérience se traduit par une diminution des attentes

La majorité des représentants de l’industrie – 53 % en Allemagne, 82 % au Brésil et 67 % en Chine – s’attendent à ce que les technologies de l’industrie 4.0 aient un impact positif sur la durabilité environnementale de leurs entreprises. Ce point de vue était particulièrement prononcé parmi les représentants d’entreprises de plus de 5 000 salariés en Allemagne et au Brésil.

Les chercheurs ont observé de grandes différences entre les secteurs dans certains pays. Au Brésil, les attentes sont particulièrement optimistes dans les secteurs de la construction de machines et d’installations (100 pour cent), et en Allemagne dans les secteurs de l’électronique (75 pour cent) et de l’automobile (58 pour cent). En Chine, en revanche, il n’y a pas de différences majeures entre les secteurs étudiés.

Cependant, l’expérience actuelle avec les technologies de l’industrie 4.0 – en termes d’efficacité des ressources et de consommation d’énergie – ne soutient pas entièrement un tel optimisme. “Nos résultats suggèrent que les attentes sont trop optimistes dans les entreprises qui ont encore peu d’expérience réelle avec les technologies de l’industrie 4.0. Les entreprises qui ont signalé des niveaux plus élevés de mise en œuvre de l’Industrie 4.0 avaient des attentes plus modérées en ce qui concerne les économies d’énergie actuelles, par exemple », explique l’auteur principal Grischa Beier. Des études antérieures ont également trouvé peu de preuves pour étayer les attentes selon lesquelles des économies importantes seraient réalisées de manière globale.

L’industrie 4.0 aide les entreprises à aligner la production sur la demande

Sur une note positive, l’étude révèle que les entreprises ayant un niveau élevé de numérisation sont bien placées pour améliorer leurs performances en matière de développement durable dans d’autres domaines. Plus le niveau actuel de l’industrie 4.0 des entreprises est élevé, plus leur capacité à aligner leur production sur la demande actuelle est grande. En outre, une numérisation améliorée accroît la volonté des entreprises d’aligner les calendriers de production sur la disponibilité de l’électricité renouvelable. Selon les chercheurs, ces systèmes dits de réponse à la demande sont une condition préalable importante pour la stabilisation et l’utilisation efficace des futurs systèmes d’énergie renouvelable.

Les chercheurs concluent qu’un soutien politique accru est nécessaire pour garantir que l’adoption des technologies de l’industrie 4.0 entraîne des améliorations en matière de durabilité environnementale. “Notre étude montre que la mise en œuvre du concept Industrie 4.0 doit être évaluée de manière critique dans le contexte des objectifs de développement durable des Nations Unies : la simple numérisation des processus de production ne suffira pas à faire avancer la transition vers une économie plus durable. Afin de tirer pleinement parti tirer parti des potentiels de la numérisation pour la gestion de la durabilité des entreprises, elle doit être accompagnée de réglementations et d’incitations de soutien, y compris l’établissement d’objectifs contraignants d’économie d’énergie et de matériaux », explique Grischa Beier. Bien que les résultats brossent un tableau mitigé, il est clair que l’adoption généralisée de l’industrie 4.0 offre aux entreprises des opportunités d’améliorer leur durabilité environnementale.


Avertissement: AAAS et EurekAlert ! ne sont pas responsables de l’exactitude des communiqués de presse publiés sur EurekAlert! par les institutions contributrices ou pour l’utilisation de toute information via le système EurekAlert.